Téléphone :

Isabelle Servol
Directrice Artistique
Tél. 06 10 30 91 53

isabelle@theatredelumiere.fr

© 2018 La Compagnie Théâtre de Lumière

Mentions légales

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Google+ Basic Black
  • Instagram Basic Black

 Clara Schumann 

Le destin exceptionnel, tragique et magnifique à la fois d’une femme artiste.

 

Texte et Mis en scène : Isabelle Servol

Conception musicale : Alain Joutard

1/2

Distribution

Comédienne : Isabelle Servol
Comédien : David Renaudie
Piano : Amédée Briggen
Conception électroacoustique : Rémi Mezzin

Mezzo-Soprano : Marie-Clothilde Dutour de Salvert
Baryton : René Linnenbank

Danseur : Cyrille Bochew

Assistant à la mise en scène : Fabien Duprat

Téléchargez le dossier de presse

 L'histoire 

Soixante années d’une carrière de concertiste pianiste internationale, reconnue et adulée par ses pairs, les plus grands virtuoses et compositeurs de l’époque : Mendelssohn, Schumann, Chopin, Liszt, Brahms.
La muse de deux compositeurs allemands parmi les plus brillants de leur génération : Robert Schumann dont elle sera l’épouse durant 15 quinze ans, et Johannes Brahms, l’ami le plus cher à son cœur pendant quarante années.
La mise en scène s’articule entre le passé et le présent, aux frontière très étroites et perméables que la musique traverse.
Une femme compositeur, écrivant des pièces pour piano et des lieder qui ne cesseront d’étonner et de questionner le milieu des artistes et critiques musicaux de ce dix-neuvième siècle, si peu enclin à reconnaître le talent des femmes artistes à leur juste valeur...

 Note d'intention 

J’ai écrit ce texte dans une respiration poétique à l’écoute de la musique de Clara et Robert Schumann et de Johannes Brahms. Entre une fenêtre ouverte sur le passé de ses artistes modernes à leur époque, et une autre sur mon âme de comédienne. Comme si en écrivant ces diadoques, je parlais aussi à une part de mon intimité. Pourquoi raviver la flamme d’une vie passée, si ce n’est pour vivifier l’œuvre, tenter pour le public contemporain de le la rendre plus lumineuse …

 Note musicale 

Ce spectacle associe sur la scène deux chanteurs, deux comédiens, un danseur, une pianiste et un petit chœur d’enfants.

La musique raconte l’intimité des scènes de la vie de Clara et exprime en notes les mots d’amour, les dialogues et les peines d’une vraie histoire sincère et dramatique. La rencontre de trois grands créateurs, Clara robert et Johannes Brahms, des êtres entiers qui nous donnent encore aujourd’hui à écouter leur vie et nous offrent des réflexions sur nos propres destinées.

On ne peut être que confondu par la précocité du talent de Clara Schumann. c’est une jeune adolescente de 16 ans qui compose « Soirées Musicales », influencées par le style de Chopin.
A l’âge de 35 ans, Clara, mettra un terme à son activité de compositrice, probablement par désespoir, suite à l’internement de Robert Schumann.
Composée en 1853, la très nostalgique « Romance en la mineur » porte une mention de Clara :  » à mon mari bien-aimé ».
Le « surgissement » de Johannes Brahms, futur génie de la musique romantique, dans la vie de Clara et Robert Schumann, bouleverse le destin de ces deux être d’exception.
Pour Clara c’est la découverte d’un amour passionnel qui se transformera en une amitié profonde, fidèle et riche en échanges artistiques, qui durera plus de quarante années.
La « Ballade » issue des « Klavierstücke » opus 118 composé par Brahms en 1893 et dédiée à Clara illustre musicalement cette période.
En 1840, découvrant « la jouissance d’écrire pour la voix », Robert Schumann compose 138  lieder dont les deux cycles se répondent l’un à l’autre, « Frauenliebe » (la vie et l’amour d’une Femme) et « Dichterliebe » (les amours du poète) sur des poèmes de Chamisso et Heine.
En 1841 Clara, devenue Madame Schumann, composera un cycle de 12 lieder sur des poèmes de Ruckert, dont le magnifique et vibrant hymne d’amour à robert « Er ist gekommen ».
La voix et le piano, fils conducteur de notre programme musical, sont pour Clara deux univers intimement liés, indissociables depuis sa plus tendre enfance et ses années d’apprentissage du piano auprès de son père Friedrich Wiek qui préconisait de « faire chanter le clavier ».