Téléphone :

Isabelle Servol
Directrice Artistique
Tél. 06 10 30 91 53

isabelle@theatredelumiere.fr

© 2018 La Compagnie Théâtre de Lumière

Mentions légales

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Google+ Basic Black
  • Instagram Basic Black

 Camille Claudel 

Un spectacle  musical et sensible

sur la vie de l’artiste

 

Texte : Isabelle Servol & Leïla Paris

Mise en scène : Isabelle Servol

Direction musicale : Alain Joutard

1/4

Distribution

Comédiens

Camille Claudel : Isabelle Servol
Auguste Rodin : Philippe Maurin - Bernard Bettenfeld
La sculpture : Leïla Paris
Paul Claudel : David Renaudie
Louise Claudel : Sabine Venaruzzo
Danseuse : Sélène d’Andrea

Musiciennes

Piano : Amédée Briggen

Flûte : Marie-Gabrielle Lepage

Scénographie

Louis Dollé - Loïc Deltour

Téléchargez le dossier de presse

 L'histoire 

Le spectacle retrace sous forme de tableaux la vie passionnante de Camille Claudel, femme libre et artiste au destin hors du commun.

En utilisant le théâtre, la danse, la musique, nous avons voulu évoquer toutes les nuances de son existence : sa farouche volonté, déjà si jeune de devenir sculpteur ; son tempérament de femme exaltée par son art et ses passions.  Camille a dû faire preuve d’une volonté de fer ou d’airain pour trouver sa place en tant que femme artiste dans une société purement patriarcale.

 

 

 

 

«La femme sculpteur». Cette thématique a été à la base de notre réflexion lors de l’écriture du texte Camille C. Les femmes sont écartées de l’apprentissage et la pratique de l’Art pour des raisons historiques et culturelles.

Le mécanisme de création chez Camille nous a particulièrement interpellés. Nous avons utilisé la danse contemporaine pour redonner vie à ces corps sculptés. Raconter des sentiments secrets et les cacher dans le regard d’une statue, laisser des traces dans les regards contemporains. Bouleverser l’image des corps, exalter et transfigurer les corps et l’amour. Offrir la nudité avec grâce et amener une réflexion profonde sur l’Art. C’est combattre les a priori, c’est trouver à chaque fois la force, même dans l’abandon, l’exil, l’asile, l’attente…

 Note d'intention 

«Un front superbe, surplombant des yeux magnifiques, de ce rare bleu si rare à rencontrer ailleurs que dans les romans» Paul Claudel (1951)